Le feu de Pâques

Ce lundi 15 avril 2019, l’embrasement de Notre Dame de Paris et de nos cœurs, en cette semaine de Pâques, ouvre à de nombreux questionnements.

Mais c’est aussi l’occasion de compréhensions pour qui souhaite prendre le temps d’aller au-delà des faits, des mots, des images.

La symbolique de la destruction et de l’effondrement de la Flèche, la symbolique de ce brasier, de ces flammes pascales qui ont dévoré la charpente du toit de la cathédrale la mettant à nu, à ciel « ouvert », est immense et profonde. Elle s’exprime à de multiples niveaux.

Troublant que cette croix étincelante au milieu des décombres fumants, que l’extinction des flammes déclarée effective à 3h30 du matin, dans les énergies de Pâques…
Tout aussi troublant cette abeille venue à moi lors d’un temps d’intériorisation le lendemain matin de l’incendie. Abeille qui symbolise entre autres la mort et l’immortalité ainsi que la résurrection… Le pas-sage…

L’édifice a tenu bon. Les vitraux ont tenu bon, l’orgue a tenu bon et de nombreuses pièces ont pu être mises hors de portée du feu…

La puissance des énergies libérées dans l’incendie de Notre Dame est phénoménale.

Il y a un message fort pour nous tous. Celui-ci résonne en nos cœurs comme un inestimable cadeau.
A chacun de s’ouvrir à ce que cela vient activer, créer et mettre en lumière (car c’est bien de cela qu’il s’agit).

Je vous invite, demain, vendredi de Pâques, à prendre un temps d’intériorisation, de retour à vous-même, de connexion avec votre essence.

En dehors de toute croyance, religion, projection, thématique, méditation guidée ou regroupée.
Simplement connecter son ressenti intérieur et accueillir ce qui se passe, quoi qu’il se passe. Faire grandir en Soi la Conscience de Soi, de sa force, sa puissance, son pouvoir.

Et entrer dans un rayonnement d’amour pour Soi.

Ne pas se laisser détourner par l’émotionnel collectif ou les analyses du mental, juste se poser dans le cœur.

La clé est là.

Dans le cœur.

Arrivée des pompiers dans Notre Dame après l’incendie.

3 réflexions au sujet de « Le feu de Pâques »

  1. Singulière image que celle de cette croix dressée dans l’obscurité, féroce, lumineuse et intacte comme une signature divine, indestructible, une présence solennelle révélée à ces premiers témoins et sauveurs casqués pénétrant après le chaos dans ce sanctuaire meurtri par le feu.

    1. Singulière, oui, dans son affirmation du UN.
      Après le feu rédempteur, le phœnix renaît de ses cendres…
      La Croix éclairée, dans la pénombre envahie de débris et de fumée, illustre si bien son envol, plein de promesses et de transformations, tel un guide nous invitant à le suivre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *