Je ne crois en rien, j’ai foi en tout

http://henricote.over-blog.com/

Cet adage fait cœur et corps avec moi depuis toujours. Il est inscrit en moi, en lettres d’amour ardent.

Je ne crois en rien …

Quel qu’en soit le domaine, j’ai toujours eu du mal à croire aux informations et savoirs que l’on me donnaient comme vrais, prouvés, démontrables ou affirmés du type « c’est comme ça ». Jusqu’à jeune adulte, j’ai souffert de ma difficulté à adhérer à un idéal, un schéma, une doctrine, souffert de me sentir à part, ou parfois même de me voir suivre malgré moi telle ou telle idée par mimétisme et non appel intérieur.

En vérité, tant que je ne vis pas ‘la chose’ comme évidente, validée intérieurement ou expérimentée, je ne peux la faire mienne.

C’est ainsi que je perds petit à petit croyance, idéal, projection et maintenant mémoire de mon histoire, des histoires … Et cela va crescendo. Je me déleste de toute projection personnelle, indivi-duelle ou collective au profit d’un espace de vacuité de plus en plus vaste, nourrissant et créateur du rien et du tout.

Plus je perds mes croyances, plus le monde extérieur perd de son emprise sur moi et plus mes espaces intérieurs s’ouvrent et se démultiplient. En un mot, je me LIBÈRE graduellement de toute attache, même émotionnelle. Cela ne veut pas dire que je suis détachée de tout, bien au contraire. J’ A I M E au delà de tout mot.

J’ai foi en tout …

Plus je perds mes croyances et plus la foi grandit. Plus elle grandit et plus elle s’ancre et m’habite profondément. Elle n’a aucune commune mesure avec la foi plébiscitée par les religions humaines aux dogmes ésotériques, qui s’appuient sur toute une hiérarchisation, sur le bien et le mal et qui, le plus souvent, jugent et culpabilisent en enfermant au lieu de libérer.

La foi est un acte d’amour envers soi même et tout ce qui vit, un acte de confiance, de lâcher prise, de connexion directe au Divin. Elle déplace les montagnes intérieures et en redessine à chaque seconde les contours et les couleurs.

La seule chose à laquelle je crois, c’est que rien n’est impossible à celui ou celle qui s’y abandonne et se laisse porter vers des sommets toujours plus hauts et incroyablement beaux.